Menu Fermer

Les maladies nosocomiales : origine, symptômes et risques

désinfection mains

Les maladies nosocomiales sont une forme d’infections contractées lors d’un séjour passé dans des établissements de soins : clinique, hôpital, etc. On pourrait associer ces infections aux soins préconisés dans ces établissements. Personne hospitalisée, personnel médical ou même de simples visiteurs, tout le monde peut attraper cette maladie. Néanmoins, les risques d’infections ne sont pas aussi graves qu’il n’y paraît. Nous abordons tout sur ce sujet dans cet article.

Comment les maladies nosocomiales se transmettent-elles ?

Comme nous l’avons déjà évoqué, les maladies nosocomiales peuvent être contractées lors d’un passage dans un établissement de soin.

Les infections nosocomiales peuvent se transmettre par l’intermédiaire des soins prodigués au patient. Cela se fait notamment lors de l’utilisation des cathéters, une sorte de tube de transvasement. L’acte invasif fait que le malade est infecté par ses propres micro-organismes en raison d’une fragilité en terrain particulier.

Aussi, la transmission des maladies nosocomiales peut trouver son origine par les autres patients déjà infectés. On appellera cela transmission croisée. L’infection passera d’une personne à une autre par l’intermédiaire des mains ou des matériels médicaux. L’utilisation de gant latex ou de gel hydroalcoolique s’avère donc plus que nécessaire pour la désinfection des mains.

Enfin, les maladies nosocomiales peuvent aussi avoir des origines qui n’ont absolument rien à voir avec les soins administrés à l’hôpital. Il peut tout simplement s’agir d’une épidémie générale et que personne ne peut en échapper. Dans ce cas-là, l’air, l’eau et les aliments sont tous possibles d’être contaminés.

Les symptômes de la maladie nosocomiale

Il n’y a pas de types d’infections nosocomiales spéciales. Selon les cas, la maladie peut prendre diverses formes et engendrer différents symptômes.

Les maladies nosocomiales les plus fréquentes sont les infections urinaires. Cela se traduit par des douleurs éprouvées à chaque miction (le fait d’uriner). Les envies d’uriner deviennent de plus en plus rapprochées qu’à la normale. Dans certaines situations, on trouve parfois du sang dans les urines. Si vous rencontrez ces symptômes après une sonde urinaire ou après avoir subi des interventions chirurgicales sur les voies urinaires, vous présentez peut-être des signes d’infections nosocomiales.

Les maladies nosocomiales peuvent aussi concerner les pneumonies. Les signes révélateurs seront cette fois-ci des toux, des essoufflements et de la fièvre parfois élevée. L’individu présentera des douleurs thoraciques par moment, et même des frissons. C’est notamment le cas lorsque le patient contracte une maladie chronique des voies aériennes ou lorsqu’il est intubé ou sous ventilation mécanique. Dans cette situation, les huiles essentielles à propager dans l’air pourraient endiguer les risques de propagation de l’infection.

Selon le type d’intervention et la partie du corps opérée, les symptômes peuvent être variés. Il peut s’agir d’inflammations, d’écoulements liquidiens, d’abcès ou simplement de douleurs. Les signes sont diversifiés et il est nécessaire de vous rapprocher d’un médecin aussitôt que vous présentez l’un de ces symptômes.

Quels risques pour l’individu atteint de cette maladie ?

Bien que les infections nosocomiales urinaires soient les plus fréquemment rencontrées, elles ne présentent pas tout de même de réels dangers pour la santé de l’individu. Ce sont les infections en chirurgie osseuse qui sont les plus graves, qui peuvent entraîner jusqu’à la paralysie totale de la personne.